Accueil
 
NOTRE ASSOCIATION
 
CONGRES SMF 2014
 
Programme SMC 2018
 
nos activités 2018
 
PARC NATIONAL
 
Paysages forestiers
 
Eaux calmes et eaux vives
 
Marais tufeux
 
Vallée de l'Aube, pays d'abbayes
 
Habitat
 
FLEURS RARES
 
QUELQUES PAPILLONS ET CHENILLES
 
CHAMPIGNONS
 
Agarics
 
Amanites
 
Bolets
 
Cortinaires
 
Inocybes
 
Russules
 
Lactaires
 
Lépiotes
 
Tricholomes
 
Polypores
 
Morilles
 
Chanterelles
 
Clavaires
 
Divers
 
MYXOMYCETES
 
Pézizes
 
Test
 
 
Disciotis venosa  

 

Disciotis venosa (Pers. : Fr.) Arnould

Texte de Marie-Geneviève Poillotte et Photos de François Poillotte

 

 

Depuis quelques années nous trouvons régulièrement ces pézizes veinées dans le site frais et humide de la côte de Lantive de la forêt domaniale de Châtillon. Il est vrai qu’avant nous les connaissions mal et nous ne les recherchions pas. Que l’on soit gourmet ou non, il est toujours très agréable de découvrir ces énormes et premières grosses pézizes étalées sur la mousse ou sur des débris végétaux, sous divers feuillus. Cette année, en 2016, elles sont particulièrement grosses, pouvant atteindre jusqu’à 12 cm de diamètre, et particulièrement abondantes, jusqu’à 18 spécimens, tous de grande taille, sur quelques mètres carrés.

 

 

 

Description

 

Le « chapeau » : comme chez la plupart des pézizes, il est d’abord en forme de coupe ou de gros cornet, puis très vite il s’étale avec la marge qui a tendance à se retourner en direction du sol. La couleur de son hymenium (partie fertile) est brun ochracé puis brun plus foncé, un peu chocolat en vieillissant. Cette partie du champignon présente très rapidement un aspect ridé avec de grosses veines apparaissant d’abord au centre de la coupe, pour envahir finalement toute sa surface. C’est ce caractère distinctif particulier qui a valu au champignon son nom de « pézize veinée ». La surface externe est plus pâle, brun ocre blanchâtre et finement grumeleuse.

La chair est fragile et casse très facilement. Elle possède une odeur chlorée très caractéristique.

Les asques sont en forme de longs cylindres atténués à la base et contiennent chacun 8 grosses spores ovales, hyalines (transparentes), sans gouttelettes, lisses.

Les paraphyses (poils entre les asques) sont renflées vers leur sommet et contiennent un pigment brun ocre à leur extrémité.

 

Comestibilité : c’est un bon comestible, après une longue cuisson qui fait disparaître l’odeur de chlore. Elle serait de saveur aussi délicate que celle des morilles.

 

Attention ! Elle peut être confondue avec certaines gyromitres mais l’odeur, la couleur plus ocre chocolat et les caractères microscopiques permettent de faire rapidement la distinction.

 

 

 

© 2018