Accueil
 
NOTRE ASSOCIATION
 
CONGRES SMF 2014
 
Programme SMC 2018
 
nos activités 2018
 
PARC NATIONAL
 
Paysages forestiers
 
Eaux calmes et eaux vives
 
Marais tufeux
 
Vallée de l'Aube, pays d'abbayes
 
Habitat
 
FLEURS RARES
 
QUELQUES PAPILLONS ET CHENILLES
 
CHAMPIGNONS
 
Agarics
 
Amanites
 
Bolets
 
Cortinaires
 
Inocybes
 
Russules
 
Lactaires
 
Lépiotes
 
Tricholomes
 
Polypores
 
Morilles
 
Chanterelles
 
Clavaires
 
Divers
 
MYXOMYCETES
 
Pézizes
 
Test
 
 
Cortinaires  
        

GENRE CORTINARIUS

Par M.G Poillotte

Ce genre est le plus important des champignons à lamelles, plus de 2700 espèces. C’est aussi le plus difficile à étudier. Il renferme les plus beaux spécimens de sporophores, malheureusement pour le gourmet, il ne compte qu’une espèce comestible de médiocre qualité ; toutes les autres sont plus ou moins toxiques et même certaines mortelles.

Comment reconnaître un cortinaire ?

Le premier caractère, le plus évident,  est la présence d‘une cortine. Il s’agit du voile partiel formé de filaments très fins, colorés ou non, ressemblant à une toile d’araignée, qui relie les bords du chapeau au pied chez le jeune champignon. Cette cortine protège les lamelles.

Quand le champignon grandit, les filaments étirés se déchirent, quittent le chapeau et retombent le long du pied, formant comme un manchon ou un anneau. Une partie des spores mûres, en se dispersant, s’accrochent à ces filaments et l’anneau prend alors la couleur brun-rouille.

 

        

 

D’autres caractères permettent de déterminer le cortinaire trouvé avec plus de précisions, par exemple :

v  les dimensions, l’ornementation, la couleur, l’odeur, la saveur du chapeau et du pied ;

v  les dimensions et la couleur des lames et leur mode d’insertion sur le haut du pied ;

v  les caractères de la chair ;

v  les couleurs obtenues en appliquant certains réactifs chimiques sur diverses parties du champignon ;

v  les caractères microscopiques des spores et de la cuticule en particulier.

Il faudra considérer aussi la saison et le milieu où vit le champignon.

Ce genre d’étude concerne plutôt le mycologue averti et passionné.

 

Les 6 principaux Sous-Genres de ce groupe d’après André Bidaud.

                                                                                                     

Sous-Genre Myxacium

Sporophores soit entièrement visqueux, soit amers. Exemple : Cortinarius trivialis

Sous-Genre Phlegmacium

Seul le chapeau est visqueux. Le stipe (pied) est souvent bulbeux ou marginé. Ex : Cortinarius elegantissimus.

Sous-Genre Cortinarius

Chapeau sec, pelucheux. Tout le champignon est vivement coloré. Ex. :Cortinarius spéciosissimus

Sous-Genre Dermocybe

Chapeau sec, lisse. Tout le champignon est de couleur vive. Un peu l’aspect d’une collybie. Ex. Cortinarius bulliardii

Sous-Genre Telamonia

Sporophores hygrophanes c’est-à-dire changeant de couleur et pouvant devenir méconnaissables par le sec. Stipe orné d’un anneau, de bracelets ou de restes de voile . Ex. : Cortinarius laniger

Sous-Genre Hydrocybe

Sporophores hygrophanes. Stipe nu, à traces annulaires ou zébré par des restes de voile, ou à voile très visible. Ex. : Cortinarius renidens.

 

 

 

 

© 2018