Accueil
 
NOTRE ASSOCIATION
 
CONGRES SMF 2014
 
Programme SMC 2018
 
nos activités 2018
 
PARC NATIONAL
 
Paysages forestiers
 
Eaux calmes et eaux vives
 
Marais tufeux
 
Vallée de l'Aube, pays d'abbayes
 
Habitat
 
FLEURS RARES
 
QUELQUES PAPILLONS ET CHENILLES
 
CHAMPIGNONS
 
Agarics
 
Amanites
 
Bolets
 
Cortinaires
 
Inocybes
 
Russules
 
Lactaires
 
Lépiotes
 
Tricholomes
 
Polypores
 
Morilles
 
Chanterelles
 
Clavaires
 
Divers
 
MYXOMYCETES
 
Pézizes
 
Test
 
 
Chanterelles  

     

                                                            CHANTERELLES  

Par M.G Poillotte   

          Espèces qui ont un hymenium lisse, veiné ou plissé. Les sporophores sont dressés avec un chapeau plus ou moins étalé et en forme d’entonnoir.

Les craterelles ont un hymenium sublisse et un pied presque entièrement creux dès la jeunesse. Dans nos forêts nous connaissons bien la trompette des morts, Craterellus cornucopioides, généralement de couleur sombre, grise ou noir, qui pousse en grande quantité en automne, surtout sous feuillus. Les chanterelles ont un hymenium à plis en forme de lamelles et un pied plein. Leur silhouette est moins creusée que celles des craterelles. La girolle, Cantharellus cibarius, très recherchée de la fin du mois de juin jusqu’à l’automne et la chanterelle en tube, Cantharellus tubaeformis plutôt automnale, sont très appréciées et sans danger même pour un mycologue amateur. La seule confusion possible serait entre girolle et clitocybe trompeur, Omphalotus illudens qui lui est toxique ; mais ce dernier est très rare dans notre région ; il pousse sur des souches de résineux et il possède de vraies lames serrées, fines et longuement décurrentes.

Quelques autres espèces, plus rares, ont été récoltées dans nos bois : Pseudocraterellus cinereus qui ressemble à la trompette des morts mais avec un hymenium à plis et Cantharellus ianthinoxanthus avec des tons rosâtres et qui a tendance au noircissement.

 

© 2018