Accueil
 
NOTRE ASSOCIATION
 
CONGRES SMF 2014
 
Programme SMC 2018
 
nos activités 2018
 
PARC NATIONAL
 
Paysages forestiers
 
Eaux calmes et eaux vives
 
Marais tufeux
 
Vallée de l'Aube, pays d'abbayes
 
Habitat
 
FLEURS RARES
 
QUELQUES PAPILLONS ET CHENILLES
 
CHAMPIGNONS
 
Agarics
 
Amanites
 
Bolets
 
Cortinaires
 
Inocybes
 
Russules
 
Lactaires
 
Lépiotes
 
Tricholomes
 
Polypores
 
Morilles
 
Chanterelles
 
Clavaires
 
Divers
 
MYXOMYCETES
 
Pézizes
 
Test
 
 
Caloscypha fulgens  

 

Caloscypha fulgens (Pers. : Fr) Boud.

Texte de Marie-Geneviève Poillotte et photos de François Poillotte

Caloscypha fulgens

(Pers. : Fr.) Boud.

 

Une pézize que nous n’avons découverte dans notre région que cette année en avril 2016, et en quantité, dans un petit bois de Sapins pectinés (Abies alba), à 270 m d’altitude, en forêt domaniale de Châtillon-sur-Seine.

Comment se fait-il que nous ne l’ayons jamais vue ? Pourtant ce petit bois, nous y passons souvent, mais peut-être pas toujours à cette époque.

Comment se fait-il que nous la trouvions à si basse altitude ? Habituellement elle fréquente plutôt les régions montagnardes : Jura, Morvan, Alpes… , donc à des altitudes plus élevées.

Sont-elles là uniquement parce qu’il y a ces Sapins pectinés ?

Autant de questions qu’il nous faudra travailler au cours des années à venir, en commençant peut-être par chercher d’autres stations de Caloscypha fulgens dans nos forêts châtillonnaises.

 

 

Description

 

Apothécies en forme de petites coupes parfois à peine ouvertes, de petites dimensions : diamètre allant de 1 à 3 cm

(quelques unes légèrement plus grandes et plus étalées lorsqu’elles vieillissent).

          Certaines ont un tout petit pied.

          Mais ce qui attire le regard, c’est la couleur : ce jaune orange vif qui teinte tout l’intérieur des petites coupes au centre parfois verdâtre. La surface externe est également de couleur orangée mais plus terne, plus sale, et prend des tons verts bleuâtres en bordure de l’apothécie.

          Les asques, en forme de longs cylindres au bout aplati, renferment chacun 8 spores rondes.

          Les paraphyses (poils) en forme de longs fils un peu épais contiennent un pigment jaune d’or.

          Comestibilité inconnue. De toutes façons cette pézize est trop rare chez nous pour que l’on pense à la consommer.

 

 

 

 

© 2018